L’histoire du corset au travers des siècles

Il était une fois un corset….

 

Un peu d’histoire en ce début de semaine…

Connaissez-vous l’histoire du corset?

Il semble aujourd’hui presque impossible de concevoir le port d’un corset quotidien qui nous compresse et nous limite dans nos mouvements, modelant la silhouette au gré des tendances,…

pourtant, il n’est pas si vieux.

Tout commence au XVI ème siècle:

 

corset1

Corset XVIe siècle

C’est à la Renaissance qu’apparaît le corset et plus précisément de la cour d’Espagne et est appelé « basquine ». Il était apprécié pour l’image de « droiture » des femmes nobles qui les portaient.

Pourtant le corset appartient à l’origine à l’univers masculin et militaire. Il est plutôt perçu comme une « armure » réservée à la haute société. La mode espagnole voulait presque supprimer la poitrine et les corsets étaient plus serrés qu’en Angleterre, des bandes de cuir étaient utilisées pour retarder la croissance des seins et ainsi obtenir la silhouette aux formes correspondant aux « canons de beauté » de l’époque.

Il est dit que la reine Elisabeth 1re d’Angleterre se passionne pour les vêtements et ayant un corps menu elle portait des corsets faits de cuir ou de toile, renforcés par des lamelles d’acier (hummm… ça m’a l’aire très confort!)

 

basquine

 

 

CORSET METAL

Ce type de corset rigidifie la silhouette et aplatie la poitrine étant de se rapprocher de la silhouette masculine.
Pour parvenir à une plus grande minceur, on y incorporer sur le devant une lamelle de bois appelé coche.

Il apparaît en France dans la seconde moitié du XVIe siècle sous Henri II et Charles IX.

XVII ème siècle:
Sous Louis XIV, et plus généralement au XVIIe siècle, le corsage se resserre à la taille et donne aux femmes un aspect guindé. La silhouette est conique et des petits panneaux décoratifs apparaissent sur le bas du corset.

CORSET XVII

 

 

 

 

CORSET XVII 2

 

 

La rigidité est laissée un peu de côté pour laisser place au dégagement des épaules.et la création de bretelles.

Il n’y a pas grande évolution au cours de ce siècle sur le port du corset: la poitrine est davantage mise en avant, les seins sont comprimés par le corset de façon à les faire saillir par-dessus.
La tendance était à la fois sobriété et liberté. Les corsages étaient lacés devant ou derrière et extrêmement décolletés même en présence de la chemise de dessous.
Cette mode est influencé par les courants artistiques de l’époque : le baroque en début de siècle et le classicisme à la fin du siècle.
La politique économique française influence aussi l’évolution des costumes puisque la France va renforcer son commerce à l’international, notamment grâce à Henri IV qui développe les industries de la soie.
XV11 ème siècle:
Au XVIIIème siècle, le corset conserve sa forme conique mais avec une apparition de la « pièce d’estomac » qui est épinglée dessus, très ornée sur le devant, elle permet de recouvrir le devant du corsage. Elle peut être fournie de broderies, dentelles, rubans.
1700 2
1700
1720µ
Il ne paraît pas comme cela, mais c’est la forme la plus contraignante car il est très serré, rigide. IL est appelé le « grand corps ». Il comprime fortement les côtes, ses bretelles projetant les épaules en arrière, rapprochant les omoplates et donnant un dos très droit.
Rigidifié par des baleines il remonte la poitrine, munis d’un busc de bois ou de fer, il descend très bas sur les hanches.
Le corset étant lacé abusivement, les femmes de la Cour s’évanouissaient souvent tellement elles étaient comprimées. Un véritable objet de torture.
« Il faut souffrir pour être belle » vous dites…
Vers la fin du siècle, le règne de Louis XVI et Marie-Antoinette, a provoqué des changements au sein de la Cour Française ainsi que du peuple.
En effet, « l’étiquette » de la Cour étant très rigide, Marie-Antoinette passionée de vêtement, elle tente toutes les folies puis revient à la fin de son règne, à une mode plus simple avec une robe dite « en gaulle », les corsages étaient toujours ajustés mais moins contraignants.
A partir de 1789, à la Révolution Française, le port du corset fût abandonné au profit de la mode « antique ». Les industries textiles françaises étant en péril des suites aux événements et Napoléon Bonaparte, empereur en 1804, voulu alors rétablir le commerce textile.
Il fît en sorte que les dames de la Cour de changent au moins deux fois par jour de tenue et engagea le couturier Leroy qui influença une mode classique et gracieuse et le port du corset est abandonné pour un temps, et pour cause, il commence à être contesté par les médecins et traité d’instrument de torture.
Les femmes adoptent alors un style au plus grand confort et soutiennent leur poitrine par une brassière appelée « zona », elle était portée sur la robe.
XIXème siècle:
En 1810, le corset à la Ninon fait parti des nouveaux corsets, il connut une vogue importante, il comportait des baleines comme le corps piqué de l’Ancien Régime mais il était coupé assez court et s’arrêtait à la taille, les hanches n’étaient donc pas comprimées.
        corset ninon 1       CORSET NINON 2
Jusqu’ aux années 1830, le corset revient de façon différente, il y a un retour de la taille mais qui reste cependant assez haute, les seins ne sont plus écrasés mais soutenus et séparés.
Dans les années 1840-50, les bretelles disparaissent, les corsets sont de plus en plus serrés, il y a donc une vraie réduction de taille. Les corsets sont construits avec des bandes verticales et s’allongent en longueur. Sous le second empire (1852), les épaules sont largement découvertes. Il y a apparition du baleinage métallique et d’un busc métallique (pièce qui compose le devant du corset).
CORSET 1840
CORSET 1851
1840 2
Dans les années 1860, le corset est la fois très court et porté très bas, il couvre à peine la poitrine.
1860
Dans les années 1870, le corset s’allonge à nouveau et descend sur les hanches, grâce à des pièces élastiques parfois insérées en bas du corset. Il vient comprimer la poitrine, les femmes se lassent de porter la crinoline qui est alors remplacée par « la tournure » ce qui leurs qui donnent un volume à l’arrière de la jupe tels un « faux-cul » afin d’amplifier la chute des reins.
1870    1870 2
Le « corset-cuirasse » qui apparaît en 1873, a une baleine centrale qui se termine sur l’abdomen par une spatule qui peut atteindre jusqu’à 8 cm de largeur et est pourvu d’une trentaine de baleines et souvent brodé. La lingerie raffinée et luxueuse se développe, les dessous commencent à se diversifier et à se colorer.
1873
Dans les années 1880-1890, le corset s’allonge encore, mais possède maintenant le « busc cuillère » placé verticalement au centre et donne une forme rebondie au ventre, plus naturelle, les hanches ressortent davantage et la taille est encore à nouveau lacée fortement afin d’accentuer la cambrure des reins.
1880
Ce busc peut être droit ou en forme de poire et est inséré entre la doublure et le tissu du corset. Les médecins accuse à nouveau ce corset de trop dangereux pour la santé et un nouveau modèle est inventé à la fin de ce siècle.
Ce n’est pas pour autant que les femmes renoncent à la finesse de leur taille car elle était réduite en moyenne à 45 centimètres. C’est le début de la silhouette en « S », le corset est droit devant aplatissant le ventre, il est allongé et descend très bas, il maintient aussi les hanches. La poitrine est relevée et le dos très cambré (encore un corset très confortable!)
Le magazine anglais « The English Women’s Domestic Magazine » citait « Si vous voulez qu’une fille grandisse gentiment et de façon féminine suivant sa manière et ses sensations, lacez-la serrée ».
Il était même dit que certaines filles avaient comme ambition d’avoir à leur mariage, un tour de taille pas plus grand que le nombre d’année de leur âge..(la mesure était le pouce). Ce phénomène a rapidement eu des effets néfastes pour la santé et le dos, les médecins  tirent la sonnette d’alarme: cet« d’instrument de torture » peut provoquer la déformation des organes internes, des fractures de côtes qui peuvent à leur tour perforer un organe vital comme le foie ou l’estomac.
Le corset se munie aussi de jarretelles afin d’y accrocher les bas et la taille de guêpe est accentuée par d’imposantes manches gigot et une jupe en forme de cloche.
XXème siècle:
Les années 1900, aussi appelées la « Belle-Epoque », sont marquées par un corset caractéristique : le corset « droit devant » de Mme Gache-Sarraute (célèbre corsetière née en 1853). Elle est a l’origine du corset « Belle Epoque » ou « edwardien » comme nommé en Angleterre sous le règne d’Edouard II. Il donne aux femmes une forme en S, avec les fesses projetées en arrière du à un buste très rigide.
ines de gaches 2
Cette époque est d’autant plus propice à l’usage d’une lingerie plus raffinée et se décline en couleurs pastels, ornée de rubans, de dentelles et broderies.
De nombreux corsetiers inventent des corsets à l’infini à la suite d’influence sur l’hygiène des corsets de l’époque. Le couturier Paul Poiret supprime le corset en 1906 et crée des robes tailles hautes. Il devient ainsi l’un des premiers pionniers de l’émancipation des femmes.
PAUL POIRET
En 1910, le corset s’allonge encore pour affiner les hanches, il est muni de bandes en caoutchouc et ne recouvre désormais plus la poitrine, il se prolonge toujours de jarretelles pour maintenir les bas. Ce type de corset peut confortable, en aplatissait les formes, les courbes naturelles du corps furent supprimées.
1910 2
1914, c’est le début de la Guerre, les femmes sont plus actives et travaillent à l’usine ou dans les hôpitaux. Ainsi, pour un gain de temps et plus d’aisance le corset se desserre.
Il est remplacé par le soutien-gorge, plus simple et confortable ainsi que la gaine pour maintenir le ventre.
SOUTIEN GORGE 1914
Concernant les innovations à partir de 1912, les os de baleines sont remplacés par de l’acier inoxydable et à partir de 1932, le développement du latex permet de fabriquer des ceintures extensibles, et la fermeture éclair s’en suivra.
Après 1930, plusieurs couturiers vont libérer le corps de la femme, nous pouvons citer par exemple Coco Chanel. Suivant son inspiration, elle raccourcit les jupes, libère la taille, sont but étant de promouvoir et satisfaire le confort des femmes.
Des années 1930 aux années 1970 : le corset n’existe plus, et est remplacé par des gaines.
Dans les années 50, Christian Dior lance son « New Look », la femme retrouve une vraie taille. Il crée un style corseté, il souhaite créer « des femmes-fleurs, aux épaules douces, aux bustes épanouis, aux tailles fines comme des lianes et aux jupes larges comme des corolles ». Ce New Look est en effet caractérisé par une taille très marquée: les vestes cintrées, les épaules arrondies, la poitrine haute, et les longues jupes étroites. De son coté, Coco Chanel, n’apprécie pas du tout le travail du couturier, qui réduit à néant ses efforts de libération du corps de la femme.
De nos jours, quelques corsets sont encore fabriqués mais pour des occasions spécifiques : théâtre, opéra, et inspire l’univers gothique, glamour mais aussi les robes de mariés. Il n’est plus porté au quotidien, même s’il a fait un retour depuis les années 1980 avec Jean Paul Gaultier.
Aujourd’hui, le soutien gorge est la principal lingerie féminine, balconnet ou pas. Certains dénoncent même le soutien gorge comme nocif pour la santé: mal ajusté il pourrait à long terme créer des problèmes de dos, de coup, empêcher la bonne circulation sanguine,… D’autres affirme que leur poitrine est plus ferme sans ce dernier. Cependant, il semble indispensable en cas de poitrine supérieur à un bonnet B.
L’essentiel est de s’y sentir bien et de ne pas être compressée.
J’espère que ce post vous aura plu et fait voyagé au travers de l’histoire du corset .

Je vous souhaite une très bonne journée!

Publicités

Un commentaire sur “L’histoire du corset au travers des siècles

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :