Il était une fois, une machine à coudre…

Il était une fois, une machine à coudre…

machine a coudre

Qui est à l’origine de la machine à coudre?

La question fait débat, l’identité du père de la machine à coudre est souvent discutée.

Nombreux sont ceux qui essayèrent de mécaniser la couture! L’histoire de la machine à coudre est jalonnée d’échecs, d’imitations, de brevets et de « gueguerres » entre inventeurs.

Les premières tentatives remontent au XVIIIème siècle.

En 1755, Charles Weisenthal, un inventeur allemand (installé en Angleterre), breveta une aiguille pour machine à coudre mécanique. Cependant, le brevet ne décrivait pas la machine.

En 1790, l’Anglais Thomas Saint dépose un brevet afin de protéger la machine à coudre qu’il avait inventédé. L’histoire dit qu’aucune machine ne fut trouvée mais on découvrira, en 1880, qu’une machine construite d’après les dessins du brevet ne pouvait fonctionner en l’état.

Beaucoup de chercheurs se sont penchés sur le sujet et tentèrent d’inventer une machine à coudre qui reproduirai les geste à la mains

En fait, beaucoup d’inventeurs se penchèrent sur la question à cette époque-là et cherchèrent à reproduire le mouvement de la main. Ce fut le cas, par exemple, de Joseph Madersperger, un inventeur autrichien qui conçut une machine en ce sens en 1814 et passa ensuite toute sa vie à tenter, en vain, de l’améliorer (voir photo ci-dessous):

Joseph Madersperger

Joseph Madersperger

En 1818, John Knowles et John Adam (Américains) crées une machine à coudre qui fonctionnait vraiment mais elle ne cousait que sur quelques centimètres après quoi il fallait retirer le tissu et ré-enfiler la machine, autant coudre à la main!

 

 

Dès 1834, Walter Huntle premier fabriqua une machine à coudre utilisant deux bobines et une aiguille percée d’un chas qui ne pouvait coudre qu’un court point droit. Il est le fondateur du principe de la couture, avec 2 fils un fil supérieur et un fil inférieur

 

Certains pensent que le véritable inventeur de la machine à coudre est le français Barthélémy Thimonnier. En effet, c’est dès 1829 que ce tailleur français originaire d’Amplepuis dans le Rhône construisit une « couseuse » (c’est son nom), machine en bois réalisant un point de chaînette à un fil à la vitesse de 200 points/minute (environ 30 points/minute pour un tailleur), qu’il fit breveter en 1930. Son invention (voir photo) fonctionnait si bien qu’il décrocha un contrat pour en construire de nombreuses autres, utilisées pour confectionner des uniformes militaires pour l’armée française.

Barthélemy Thimonnie

Barthélémy Thimonnier

Leur gagne-pain menacé par cette invention plus productive qu’eux, les autres tailleurs réagirent en détruisant l’atelier et les machines de Thimonnier, celui-ci ne réussissant à en sauver qu’une qu’il améliora au fil des années. En 1855, son invention fut enfin officiellement reconnue mais il profita peu de son succès : il mourut 2 ans plus tard.

 

C’est en 1846, qu’un américain, Elias Howe, breveta le principe des machines à coudre.

Il construit une machine dans laquelle le second fil faisait un mouvement alternatif dans la navette  « shuttle ». Il est très probable que la navette des métiers à tisser a inspiré les mécaniciens américains.(photo ci-dessous)

elias howe

Elias Howe

Ainsi un machiniste new yorkais, Isaac Singer, reprenant le principe du point noué, mit au point une version améliorée de la machine à coudre en 1851, avec un mouvement d’aiguille vertical et fonctionnant au moyen d’une pédale actionnée par le pied. Les innovations de Singer furent surtout commerciales, il créa la location vente et les techniques de ventes plus offensives qui lui permirent de construire son empire.Cela lui valut un procès intenté par Howe pour vol de brevet, procès qu’il perdit en 1854 et qui l’obligea à partager ses gains avec Howe.

singer Isaac Singer

Singer remporta néanmoins le premier prix de l’exposition universelle de Paris en 1855 avec la première machine à coudre à usage domestique. Par la suite, il eut de brillantes idées en matière de commerce, telles que la location-vente, qui lui permirent de populariser la machine à coudre et d’ériger un véritable empire.

De mécanique, la machine à coudre devint électrique au cours du XXe siècle (et heureusement, ouf!)

. La machine à coudre électrique connut son essor après-guerre, au début des années 50 avant d’être délaissée par les ménages qui se tournèrent de plus en plus vers le prêt-à-porter.

Les fabricants continuèrent cependant à améliorer leurs modèles et aujourd’hui, les machines à coudre font de plus en plus appel à l’électronique, repoussant sans cesse les limites de la créativité.

Ces dernières années, les ventes de machines à coudre ne cessent d’augmenter. La tendance DIY (« do it yourself ») étant très en vogue, beaucoup cherche à crée des vêtement et accessoire qui leur plaisent et leur ressemble.

 

Pour conclure, il est difficile de dire qui est le seul et unique inventeur de ce petit objet merveilleux! Il est évident que c’est grâce aux recherches et expériences de plusieurs inventeurs que nous pouvons profiter aujourd’hui de cet incroyable outil de création qu’est la machine à coudre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :