Qui était Isaac Merritt Singer?

Qui était Isaac Merritt Singer?

 

isingea001p1
                              Isaac Marritt Singer

 

Singer… qui ne connait pas cette marque de machine à coudre?!

Et pourtant, la plupart des gens connaissent si peu sur cette inventeur, à commencer par ses origines. Isaac Merritt Singer est né en 1811 à Oswego, sur les rives du lac Ontario (et non il n’ est pas Français! ). Son père est un immigrant juif allemand, devenu constructeur de moulins. Jusqu’à ses 39 ans, il vie dans la précarité.

Vers l’âge de 20 ans, alors qu’il exerce le métier de mécanicien, il assiste à une représentation d’une petite troupe de théâtre un soir de 1830. Le lendemain, après avoir déclamé quelques vers de Shakespeare, il se fait embaucher par la troupe. Mais il ne rencontrera jamais le succès. Il console son chagrin en épousant Catherine Maria Haley (première d’une longue série de femmes bientôt délaissées). Exclu de la troupe en 1831, il erre entre Port Gibson, New York et Baltimore, accumulant les petits boulots, les auditions et les représentations. Au cours de l’une d’elles, alors qu’il se trouve à Baltimore, il se fiance avec Mary Ann Sponsler, l’homme a un charme fou. La malheureuse attendra en vain qu’Isaac honore sa promesse (impossible) de mariage. En attendant, il pousse la muflerie jusqu’à installer sa nouvelle conquête dans l’appartement familial qu’il occupe à New York. Humiliée, Catherine, sa première épouse, retourne chez ses parents. Le divorce, sera prononcé en 1860, coûtera 10.000 dollars à l’inventeur de la machine à coudre.

Pendant une dizaine d’années, Isaac Merrit Singer s’accroche à son rêve, mais ne parvient pas à rencontrer le succès. Il est brutal avec sa compagne, tyrannique avec ses enfants, et fait survivre sa famille uniquement grâce à ses dons en mécanique.

En 1839, l’invention d’une machine à forer la roche lui rapporte 1.000 dollars, aussitôt dépensés.

En 1846, il met au point sa machine à découper les caractères d’imprimerie. Il a la chance de tomber alors sur George B. Zieber, un ancien libraire reconverti dans les affaires, qui l’encourage dans ses travaux, lui verse chaque semaine de quoi subsister, le convainc de s’installer à Boston afin d’y commercialiser son invention qui ne trouva aucun preneur. Difficile pour le mécanicien de rester optimiste. Jusqu’à ce jour de 1850 où Orson Phelps, propriétaire d’un petit atelier de construction de machines à Boston,  travaille sur un modèle de machine à coudre. Il s’inspire des travaux de deux inventeurs américains, John Lerow et Sherman Blodgett qui ont déjà tenté plusieurs essais. D’ ailleurs, si cela vous intéresse, j’ai écrit un article sur l’ histoire de la machine à coudre ici.

Le problème difficile à résoudre est celui du mouvement rotatif de l’aiguille. Isaac Merrit Singer, Mécanicien qui loue une pièce dans les locaux d’ Orson Phelps. Pour ui,c’est l’homme de la situation.

Afin d’ appater le mécanicien, Phelps fait miroiter des gains phénoménaux.

Isaac Merrit Singer, perpétuellement à court d’argent, se laisse convaincre. Onze jours plus tard, après un grand nombre de nuits blanches, le mécanicien met au point la première machine à coudre digne de ce nom. Il lui a simplement suffi de remplacer le mouvement rotatif de l’aiguille par un mouvement de va-et-vient en ligne droite.  Cette découvert va faire sa fortune.

 

10209354-1

Machine à coudre inventé par Isaac Merritt Singer (1951).

 

Des début difficiles: La petite société doit se battre contre Elias Howe, un inventeur qui a multiplié dans les années 1840 les dépôts de brevet pour une machine à coudre: en 1854 l’entreprise sera condamnée à reverser à Elias Howe des droits sur chaque machine vendue.

Alors que les premiers modèles de machines étaient destinés aux tailleurs et aux petits ateliers textiles, il faut orienter la production vers le marché des particuliers ( ce qui multiplia par quinze le chiffre d’affaires en deux ans). Mais l’ entreprise doit également tenir compte des résistances culturelles: en 1848, la femme est toujours considérée comme une mineure. Il faut donc convaincre avant tout les maris de l’ achat d’une machine à coudre, il faut rendre cet objet indispensable au foyer.

 

220px-Edward_Clark_1850

Edward Clark

 

Edward Clark, associé, aide Singer à développer l’ entreprise et met en places davantage de campagnes de publicité, vantant les « bienfaits de la machine à coudre pour la vie du ménage » tout en promettant aux femmes,  dans le même temps, « plus de liberté » dans leur vie quotidienne. Ces paroles feront beaucoup pour le succès de la machine à coudre.

L’ entreprise multiplie les innovations techniques et commerciales, introduisant l’interchangeabilité des pièces pour abaisser les coûts de fabrication. Le prix de vente des machines passe de 125 à 65 dollars. En 1857,  est construit, à New York, une usine ultramoderne et un système de vente à crédit et à paiements échelonnés est mis en place.

En 1870, la Singer Manufacturing Company produit près de 130.000 machines par an, contre 10.000 dix ans plus tôt. La machine à coudre révolutionne le travail féminin, c’ est un produit de grande consommation.

 

Isaac Merritt Singer devient difficile et imbus de lui-même. Il laisse à son associé, la gestion quotidienne de l’entreprise. Lors de ses rares passages au siège de l’entreprise, il rabaisse et manque de respect à Edward Clark qui devra batailler ferme pour imposer son idée d’ouvrir des agences commerciales en Europe.

L’ associé s’inquiète surtout des conséquences désastreuses des frasques de Singer sur la vie de l’entreprise. En 1860, lorsque Mary Ann Sponsler croise son compagnon, Izaac, au bras de l’une de ses maîtresses, elle décide de l’ affronter dans dans un procès pour violences conjugales. L’inventeur s’enfuit, et la presse fait se déchaîne, c’ est l’occasion d’un sordide déballage. On y apprend notamment que, depuis 1851, Isaac Merrit a eu une dizaines de relations avec des femmes, qu’ il a fondé trois nouvelles familles et qu’il est le père, à ce moment, de dix-neuf enfants ! Il est condamné à verser 10.000 dollars à son ex-épouse. Isaac Merrit Singer épouse en 1862 Isabella Summerville, qui lui donnera trois autres enfants (Nous sommes donc à 22 enfants!).

 

isabelle

Isabella Summerville 
1338_THUMBNAIL2
Isaac Merritt Singer

 

En 1864, il se fait construire une gigantesque maison sur les bords de l’Hudson pour plus de paix et rêve de côtoyer l’ élite New-Yorkaise, mais sa mauvais réputation fait de lui un homme peu fréquentable. Humiliés, il décide de quitter les Etats-Unis pour L’Europe.

Avant leur départ, Clark parvient à modifier les statuts de l’entreprise afin d’éviter que la compagnie ne soit éclatée à la mort de Singer entre ses innombrables descendants, légitimes ou non. Edward Clark s’ est vu reconnaître la propriété de la majorité du capital.

Arrivés à Paris en 1867, Isabella et Isaac Merrit Singer vont s’installer dans le Devon, en Angleterre, en 1870. Isaac Merrit Singer y meurt en 1875. Ses descendants s’entre-déchireront pour le partage de sa fortune d’environ 15 millions de dollars. Edward Clark est désormais gérant de l’entreprise et la développe en toute liberté.

Ainsi fut la vie du père de la machine à coudre. Un début de carrière difficiles mais qui rencontrera finalement le succès. En revanche sa vie privée fut un véritable chao. Très mal jugé, malgré qu’il soit devenu immensément riche, l’industriel fut rejeté par les bonnes familles de New York. On ne lui épargne rien, le poussant même à trouver refuge en Europe. Il faut dire que le père de la machine à coudre n’ est pas irréprochable: Bigamie, enfants illégitimes, procès pour violences conjugales,…

J’ espère que ce petit retour dans l’ histoire vous aura plu! Je n’ aurai pas aimé connaître ce personnage mais je suis bien contente qu’ il ai existé car sinon… aurions-nous des machines à coudre aujourd’hui 😉 Alors rien que pour ça: « Merci Isaac (on peut t’appeler Isaac maintenant!) »

 Partagez si vous aimez, commentez si vous avez des remarques à faire. Je vous souhaite une très bonne journée et e vous dis à très bientôt! 

Sources:Tristan Gasstron-Breton, historien d’entreprises
http://www.akadem.org/
http://www.biography.com/people/isaac-singer-9485021
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :